Histoire

HotelRivet

L’École supérieure des beaux-arts de Nîmes est issue de la même tradition de l’enseignement du dessin à des fins industrielles au xixe siècle que la majorité des écoles d’art territoriales.

Réservée en priorité aux enfants de négociants ou de fabricants qui se destinent aux manufactures d’étoffe de soie, à des enfants de maîtres maçons ou d’autres ouvriers distingués par leur habileté « dans les arts mécaniques », elle est née des besoins de son environnement industriel autour de 1811.

En 1823, l’école prévoit une direction unique pour sa propre gestion et celle du musée : un dépôt de peintures, d’antiques et de moulages créé dans la Maison Carrée et servant directement à l’enseignement. Cette proximité allait inaugurer le lien entretenu avec les institutions de production et de diffusion de l’art encore à l’oeuvre aujourd’hui.

Le renouveau déterminant intervenu dans les années 1970-1980 suite à la réforme des écoles d’art de 1973, permettra à la nouvelle École des beaux-arts de Nîmes de voir de nombreux artistes inscrits dans la scène artistique contemporaine — Alain Clément, Claude Viallat, Vincent Bioulès, Toni Grand — y enseigner ou diriger cette école.

Au cours des années 2000, l’École a entrepris une mutation progressive pour ouvrir son enseignement à de nouvelles pratiques, en lien direct avec la création contemporaine, et, depuis 2010, est devenue un établissement public d’enseignement supérieur artistique placé sous la double tutelle du Ministère de la Culture et de la Ville de Nîmes. L’établissement est autorisé à délivrer le Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique à Bac+5 conférant au grade de Master 2 depuis 2012.